Swat: Extremist Challenge or Poor Seeking Justice?

To what extent is the violence in Swat the result of a poor population seeking justice vs. an extremist-fundamentalist effort to force the population into a new type of repression? Rashid Zubair makes the case for the former:

Jusqu’en 1969 Swat jouissait d’une administration autonome de juridiction islamique (charia). La population en était satisfaite car les décisions rendues étaient rapides et équitables. Après son incorporation au Pakistan [par la dissolution de la Principauté en 1969, NdR] Swat ne disposait plus d’aucun système juridique fonctionnel….

Les talibans sont issus de la couche opprimée de la population, c’est-à-dire eux-mêmes. Les riches sont hostiles aux talibans, car ceux-ci font partie de la piétaille. L’étincelle qui a donné naissance à la rébellion contre les riches, qu’on appelle les khawanines (les nobles), date des années 70. C’est par crainte des troubles que l’administrateur de l’époque a rattaché Swat au Pakistan. Cette conversation m’a rappelé le roman, paru en 2003 qu’Ahmed Bachir a écrit sur Swat. On peut y lire, page 763 : « Les pauvres de Swat sont prêts à combattre jusqu’à la mort. Quand leur lutte commencera, des organisations apparaîtront d’elles-mêmes. »

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s